SEO : l’optimisation pas à pas pour les débutants

Comment optimiser son référencement lorsqu’on est novice ?

Le SEO (ou référencement naturel) n’est pas si compliqué qu’il n’y paraît. Il est tout à fait possible de s’en occuper soi-même, à condition de suivre une méthode simple, étape par étape, pour devenir populaire aux yeux de Google. Voici donc comment procéder.

 

Comment fonctionne Google ?

Pour bien comprendre les mécanismes du SEO, il est avant tout nécessaire de savoir comment Google fonctionne, comment ce géant a commencé, évolué, et surtout comment y être bien référencé.

Les débuts de Google

Larry Page et Sergei Brin, les 2 créateurs du fameux algorithme de « PageRank », étaient alors étudiants à Stanford. Ils remarquèrent que toute étude scientifique qui se respecte faisaient référence à des articles de revues spécialisées. Ces références s’assimilaient quasiment à des votes : plus votre travail était référencé, plus il était considéré comme important aux yeux de la communauté scientifique.

Google-Brin-Page
Sergey Brin & Larry Page, fondateurs de Google

Ils réalisèrent qu’avec son système de liens, Internet pouvait être analysé et classé de façon similaire. Ils commencèrent alors à scruter le web, en tentant de comprendre quels sites étaient le mieux référencés, en partant du principe que ceux qui disposaient du plus de liens étaient les plus populaires.

Google aujourd’hui

Globalement, Google fonctionne de la même façon aujourd’hui, avec certes un peu plus de nuances et de sophistications. L’objectif reste de trouver les meilleures pages web (comprenez : les plus populaires) pour les mots clés que vous tapez dans son moteur de recherche.

Votre but est donc d’expliquer clairement à Google en quoi consiste votre site pour le rendre populaire. Si vous y parvenez, vous avez gagné ! Pour atteindre cet objectif, il convient de suivre une méthode simple, qui fonctionne sans avoir à fournir d’efforts démesurés.

L’évolution de l’algorithme Google

L’algorithme de Google est incroyablement sophistiqué. N’oubliez pas que des voitures roulent de manière autonome dans la Silicon Valley, sans chauffeur, simplement avec l’algorithme développé par la société !

Google-driverless-car
La voiture sans chauffeur de Google

N’essayez même pas de contourner le système à la manière d’un hacker, votre combat est perdu d’avance… Google est une société intelligente, amenée à l’être plus encore chaque jour. Si vous y arrivez tant mieux pour vous, mais sachez que ça ne durera pas… Google ferment des sites considérés comme spam à la pelle chaque jour. Vous l’avez compris : ne jouez pas au plus malin, au risque de voir tout votre travail disparaître dans les tréfonds du web.

Travaillez plutôt de manière équitable. Il y a des règles à respecter sur Internet, et en matière de SEO c’est Google qui les édicte. Voyons donc comment se rendre populaire auprès du moteur de recherche et générer du trafic.

 

Adoptez une bonne stratégie d’indexation

Etape indispensable avant d’atteindre les sommets des pages de résultats : expliquer à Google ce que l’on fait. Pour cela, il convient de déterminer les mots clés les plus pertinents pour votre business qui, contrairement à ce que tout le monde pense, ne sont PAS le nom de votre société ou de votre marque.

Trouver la « longue traîne »

En SEO, la longue traîne désigne les mots clés qui attirent chacun peu de visiteurs sur une URL, mais dont le cumul peut représenter une part non négligeable du trafic total d’un site.

Prenons l’exemple d’Amazon : le site a quelques produits « best sellers », mais surtout une multitude de produits beaucoup moins vendus. Ces produits dits « impopulaires » constituent ce que l’on appelle la longue traîne.

Cette notion est importante en SEO, car plutôt que de se positionner sur des mots-clés ultra compétitifs, le fait de miser sur des requêtes plus spécifiques pourra vous apporter du trafic qualifié sur votre site, et cela sans trop d’effort.

Etape 1 : Brainstorming et définition des mots clés

Ne soyez pas intimidé ! Jusque-là c’est très simple. Prenons l’exemple du growth hacking : en tapant ce mot clé dans la barre de recherche d’ ÜberSuggest, j’obtiens 250 résultats, rien que ça !

seo-mots clés-ubersuggest

Cliquez ensuite sur l’option « view as text » pour pouvoir copier-coller votre liste dans un éditeur de texte. Répétez la manœuvre pour chacun de vos mots-clés. Vous vous retrouverez rapidement avec une énorme liste de 500 à 1 500 mots-clés.

Si vous êtes à court d’idées utilisez KeywordShitter, capable de trouver des centaines de variations de mots en quelques minutes.

Etape 2 : Estimer le trafic

Maintenant que votre liste est prête, il est temps de savoir quels sont les mots-clés pouvant générer du trafic vers votre site. Il y aura forcément du déchet dans votre liste, mais plutôt que de vous fatiguez à faire des suppositions, laissez Google faire le job pour vous 😉

Google Keyword Planner

A la base pensé pour les annonceurs, cet outil vous donnera des informations précieuses sur les niveaux de trafic de vos mots-clés, même si ceux-ci ne sont que des estimations.

Pour en profiter, il vous faudra au préalable créer un compte Google AdWords. Si ce n’est pas déjà fait, rassurez-vous l’inscription est gratuite ! Une fois cette étape passée, connectez-vous à votre compte et sélectionnez « Outils de planification de mots clés » dans la rubrique « Outils » (à droite du top menu), puis « obtenir des tendances et des données sur les volumes de recherche ».

seo-google-keyword-planner

Copiez ensuite votre liste énooooooorme de mots clés, puis cliquez sur le bouton bleu « obtenir le volume de recherche ». Si vous êtes novice sur Google Keyword Planner, vous risquez de vivre une 1ère expérience cauchemardesque avec l’interface, qui vous donne de nombreuses informations que vous n’arriverez certainement pas à analyser (enchères, CTR, CPC…).

Le mieux reste donc d’importer vos résultats dans Excel via un fichier CSV grâce au bouton « Télécharger ». Vous pourrez ensuite trier vos mots-clés avec la colonne « average monthly searches » (ou « nombre moyen de recherches mensuelles » en français), et ainsi être en mesure de voir quels sont les mots clés les plus recherchés par les internautes.

Attention toutefois : les estimations de trafic de Google Keyword Planner correspondent aux mots clés exacts tapés dans la barre de recherche. On parle ici de la notion d’ « exact match », qui peut faire varier les résultats en fonction d’un certain nombre de critères : fautes d’orthographe, utilisation du pluriel ou du singulier, acronymes, abréviations, accents, etc…

Pour en savoir plus sur les options de correspondance des mots clés sur Google AdWords, et notamment la notion de « exact match », je vous invite à lire ceci.

Google Trends

Le problème de Google Keyword Planner, c’est que ses estimations de trafic sont basées sur des données de liens sponsorisés, et donc payants…

Pour avoir une idée du volume des recherches dites « organiques » (tapées dans la barre de recherche), vous pouvez utiliser Google Trends, et ainsi faire un comparatif entre vos différents mots clés.

L’analyse du référencement ou « PageRank »

Le PageRank est le sytème de classification des pages adopté par Google pour son indexation. Pour faire simple, plus votre page est bien classée, plus vous serez haut dans les résultats de recherche. Pour avoir une idée de votre PageRank, vous pouvez aller tester votre URL ici.

Je vous incite également à installer l’extension SEOQuake disponible sur Google Chrome, puis à paramétrer cette dernière (rubrique « préférences » > « superposition SERP ») de la façon suivante :

seoquake-seo

Maintenant dès que vous faites une recherche, vous devriez voir ceci s’afficher à l’écran :
google-seoquake-seo

SEOQuake sera ainsi en mesure de vous donner des infos plus précises sur le PageRank des résultats affichés : le nombre d’indexation Google ou SEMrush, le nombre de backlinks, l’ancienneté de la page au regard des archives Internet, l’estimation de trafic pointant vers l’URL, etc…

L’analyse de ces chiffres demande certes un peu de pratique, mais pour résumer dites-vous bien qu’un site positionné sur les mêmes mots-clés que vous bénéficiera d’un meilleur PageRank s’il dispose d’un historique auprès de Google…

Si votre site vient d’être mis en ligne, il va falloir se montrer patient : au moins 1 mois ou deux avant que les robots de Google ne soient venus vous rendre visite 😉 Il existe néanmoins quelques astuces pour obtenir de bons résultats de référencement, dont certaines que je vais détailler plus bas dans cet article.

 

La « checklist » SEO

A ce stade-là, vous êtes censé vous être positionné sur les mots clés les plus pertinents pour votre business. Maintenant, il va falloir les faire apparaître sur votre site (le SEO « on-page »), mais aussi adopter une véritable stratégie de netlinking (le SEO « off-page »).

Le SEO « on-page »

C’est là qu’il va falloir mettre les mains dans le cambouis, ou plutôt dans le code HTML de votre site ! Vos mots clés ne doivent pas apparaître uniquement dans le titre de votre page, ce serait beaucoup trop simple ! Pour être populaire aux yeux de Google, plusieurs choses sont à prendre en compte afin d’optimiser votre SEO :

  • Faites apparaître vos mots clés (si possible au début) dans la balise <title> (pas plus de 65 caractères !) ainsi que dans la meta description,
  • Essayez tant que faire se peu de les incorporer dans vos balises <h1><h2><h3>… si votre page en contient bien sûr,
  • Chacune de vos images contient les mots clés dans le texte alternatif (balise <alt>),
  • Il y a au moins 300 mots dans votre page, et vos mots clés y apparaissent plusieurs fois (densité comprise entre 2,5 % et 5 %),
  • Tâchez de mettre vos mots clés en gras dans le texte (balise <strong>),
  • Votre contenu est original, c’est-à-dire ne provenant pas d’un autre site (sous peine d’être banni par Google) ou n’étant pas similaire à d’autres pages de votre site,
seo-balise-title-optimisation
Les balises title et meta description de mon site

Si vous respectez ces quelques consignes (non exhaustives bien sûr !), votre site est sur de bons rails, et c’est une bonne nouvelle 🙂 A condition bien sûr de ne pas avoir pour ambition de concurrencer Amazon ou Apple… Si c’est le cas, et bien bonne chance pour votre PageRank !

Optimisez la structure de vos liens

En langage HTML, voici comment se présente un lien :

<a href=”http://www.monsite.com” title=”keyword”>Anchor text</a>

L’Anchor text correspond au lien bleu sur lequel vous cliquez et qui vous redirige sur l’URL définie (en l’occurrence www.monsite.com). Beaucoup de sites choisissent des mots comme « cliquez ici » ou « en savoir plus » pour leurs liens de redirection. Et bien roulement de tambour : sachez que cette pratique est à bannir totalement en SEO ! Préférez-leur plutôt les mots clés que vous avez définis au préalable, bien plus bénéfiques pour votre indexation Google.

Pour aller plus loin

L’optimisation du SEO est un travail minutieux où il convient parfois de s’attarder sur des détails. Cependant, vu que cet article s’adresse avant tout à des novices (quoique…), j’ai fait le choix délibéré d’aller à l’essentiel.

Si toutefois vous êtes un perfectionniste, un bidouilleur (ou tout simplement un curieux), vous pouvez également explorer ces quelques pistes qui contribueront au PageRank de votre site :

  • Optimiser la structure interne de votre site (autrement dit son arborescence),
  • Optimiser votre fichier robots.txt ainsi que vos liens « disavow » ou « nofollow »,
  • Gérer vos liens « canoniques » et de redirection,
  • Acheter des noms de domaines arrivés à expiration (si si !)

Bref, aller en profondeur n’est jamais un mal pour votre référencement. A vous de voir si vous avez le temps (et surtout l’envie) de rentrer à ce point dans le détail pour votre SEO.

Le SEO « off-page »

On parle ici de tous les liens pointant vers votre site (ce qu’on appelle aussi communément dans le jargon les « backlinks »). Plus les liens proviennent de sites populaires aux yeux de Google (comprenez : bénéficiant d’un bon PageRank), plus votre site remontera haut dans les résultats de recherche.

L’analyse de vos backlinks

Il existe de nombreux outils vous permettant de savoir quels liens pointent vers votre site, mais le moyen le plus simple (et gratuit !) reste encore Google Search Console. Une fois votre compte créé, cliquez sur « liens vers votre site » dans la rubrique « trafic de recherche » située sur le menu à gauche, et vous aurez un état de vos backlinks à un instant donné.

Si vous avez un budget à dépenser en SEO, vous pouvez aussi utiliser ahrefs.com, SEMrush ou Majestic qui restent de très bons outils.

semrush-seo-optimisation-backlinks

Construire sa stratégie de netlinking

C’est ici que commence le véritable travail de SEO. Je vous souhaite qu’un site comme Wikipedia pointe vers vos pages, vous serez alors considéré comme un « link juice » aux yeux de Google, la classe ! Mais essayez dans un premier temps de vous focaliser sur les sites ou blogs ayant le même PageRank que vous. Déjà pour des raisons d’accessibilité, mais surtout parce qu’il faut savoir se montrer patient en matière de SEO… Rome ne s’est pas faite en un jour paraît-il.

Voici quelques conseils utiles pour adopter une stratégie efficace de netlinking :

  • Faire une veille des backlinks de vos concurrents,
  • Pratiquer l’échange de liens avec des sites/blogs ayant le même PageRank que vous,
  • Poster vos liens dans des forums dédiés avec parcimonie (sous peine d’être blacklisté par Google !),
  • Ouvrir un blog et poster des articles régulièrement,
  • Recourir à un programme d’affiliation,
  • Pratiquer le « guest posting » (publier un article sur un site/blog partenaire),

Ce ne sont ici que d’humbles conseils, prodiguées par mon humble personne. Il vous appartient donc au final de savoir quelle est la meilleure stratégie pour optimiser le SEO de votre site. Mais à ce stade, pas besoin non plus de recruter un indien pour rendre votre site populaire, à moins de vouloir flirter avec les limites non autorisées du « spamdexing »…

Pensez « Web 2.0 »

L’une des meilleures façons de construire des liens de qualité reste encore d’être présent sur les réseaux sociaux. Bien évidemment si vous tweetez une fois par semaine, cela n’aura aucun impact sur votre SEO… Je parle ici de vos profils : complétez-le avec soin en n’oubliant pas d’y insérer un lien vers votre site.

Il existe une multitude de réseaux sociaux, chacun avec ses spécificités. Il n’est pas nécessaire d’être présent de partout, mieux vaut d’ailleurs n’en cibler que quelques uns en rapport avec votre cible :

  • Les incontournables : Facebook et Twitter
  • Pour le B2B : LinkedIn, Viadeo, Google +
  • Pour le B2C : Instagram, Pinterest, Tumblr, Snapchat…
  • Pour la vidéo : Youtube, Dailymotion, Viméo
  • Pour votre blog : WordPress, Over Blog, Blogger…

Promouvoir son business sur les réseaux sociaux demande énormément de temps, ne serait-ce que pour alimenter ces derniers mais surtout pour mettre en place une stratégie de contenu pertinente. Rassurez-vous le travail finit toujours par payer, ne serait-ce qu’en matière d’optimisation de votre référencement. Courage !

 

Comment devenir un site populaire ?

C’est probablement à cette étape que le plus de gens abandonnent… En effet, devenir populaire aux yeux de Google demande beaucoup de temps et d’effort, à tel point que beaucoup se demande si le jeu en vaut vraiment la chandelle. Montrez-vous patient, imposez-vous une discipline et votre travail paiera tôt ou tard, soyez-en convaincu !

Optez pour une vision à long terme

La raison pour laquelle les gens abandonnent à cette étape est exactement la même que lorsque vous voulez arrêter de fumer ou perdre du poids : cela demande de l’effort. Au départ, le trafic vers votre site sera léger, voire inexistant, et c’est normal. Pas la peine de se comparer aux géants du web en se disant « j’ai forcément dû faire quelque chose de mal », bien que la réaction soit tout à fait humaine. Avant de devenir un site populaire, il faut accepter de démarrer petit et de voir grossir son trafic petit à petit.

Si vous êtes une startup, pas la peine de s’inquiéter. C’est l’occasion de travailler votre légitimité sur Internet. N’oubliez pas qu’il y a des règles, édictées par Google, et qu’il serait dommage de voir votre travail disparaître dans les méandres du web avant d’avoir pu en voir les résultats, à cause de mauvaises pratiques comme le « fishing » ou le « spamdexing ».

Le but de cette démarche est de créer du trafic qualifié, qui restera sur votre site et y reviendra pour acheter ! Pas à pas, en optimisant votre rétention et en comptant sur un effet de viralité, le trafic de votre site grandira et votre taux de conversion s’améliorera.

Pas la peine d’avoir plus grand yeux que grand ventre car honnêtement : avez-vous réellement la capacité de gérer 500 000 visiteurs/jour ?

Être en veille constante

Garder un œil sur ses concurrents, rester informé des nouvelles tendances, être à l’écoute de ses clients… Il est parfois compliqué de s’y retrouver avec le flux d’informations gigantesque qui transite chaque jour sur le web. Voici quelques conseils pour gérer au mieux votre présence sur Internet :

  • Utilisez des outils comme BuzzBundle pour faire une veille sur des mots clés, ou Mention pour surveiller votre e-réputation,
  • Mettez en place un système d’alertes ou de notifications pour rester réactif auprès de votre communauté sur les réseaux sociaux,
  • Utilisez un raccourcisseur d’URL comme Bitly pour tracker la provenance de vos visiteurs.

 buzzbundle-seo-optimisation

 

Pour conclure

Bien sûr, il est toujours possible d’aller plus en profondeur dans l’optimisation de votre SEO, mais pour une 1ère approche il me semble que c’est déjà pas mal 🙂 Une multitude d’infos circulent sur le web à ce sujet, à vous de trouver ce dont vous avez réellement besoin. Pour résumer, disons qu’optimiser son référencement c’est avant tout le mettre sur de bons rails en choisissant les bons mots clés. Puis il suffit d’un tout petit peu de technique, et surtout de beaucoup de patience avant que votre travail ne paie 🙂

Inspiré de l’article publié par Austin Allred sur Medium

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Étiqueté avec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *